Home : Histoire de Lausanne et du canton de Vaud

Histoire de Lausanne et du canton de Vaud

Préhistoire

Les premières empreintes de l'activité humaine dans le canton de Vaud remontent à la fin de la dernière glaciation (dès 13'500 av. J.-C. environ). Les agriculteurs chasseurs qui peuplent cette région et plus spécifiquement les rives du lac (dès 5500 av. J.-C) maîtrisent les techniques du bronze (env. 2'000 av. J.-C.) et du fer (env. 800 av. J.-C.). En 58 av. J.-C., les Helvètes sont arrêtés par Jules César dans leur migration vers le sud-ouest de la Gaule et sont forcés de rentrer chez eux.

L'Antiquité

Le territoire helvétique est soumis à Rome dès l'an 44-45 av. J.-C, suite à l'alliance helvète avec la tentative échouée du soulèvement gaulois mené par Vercingétorix en 52 av. J.-C. La région jouit jusque vers l'an 350, de la paix romaine et de la prospérité qu'elle amène. L'actuelle Avenches est la capitale de l'Helvétie romaine. Les apports majeurs de Rome à cette région sont l'adoption du latin, l'urbanisation et la construction en pierre. Dès le IIIe siècle, l'Helvétie subit plusieurs invasions des peuples germaniques.

Moyen-Age

Le canton de Vaud appartient au royaume burgonde de 443 à 534, puis est rattaché aux souverains francs, mérovingiens et carolingiens. Entre le XIe et le XIIIe siècle, aucun seigneur ne pourra s'imposer et l'évêque de Lausanne n'exerce le pouvoir sur son vaste diocèse que de manière restreinte. Dès 1207, la maison de Savoie s'implante dans la région. Elle possède déjà plusieurs seigneuries dans le Pays de Vaud et est le suzerain d'un grand nombre de Seigneurs vaudois. A Lausanne, la Tour de l'Ale et celle du Château de l'Evêque à Ouchy datent du XIIe siècle et sont les derniers vestiges de la cinquantaine de tours de l'enceinte médiévale.

Epoque Moderne

Affaiblie dès le milieu du XVe siècle, la maison de Savoie perd le Pays de Vaud. Sa conquête par Berne en 1536 rattache définitivement cette région aux Ligues suisses. Elle est suivie par l'introduction de la Réforme, ce dont les sculptures de la Cathédrale de Lausanne témoignent : les gisants et sculptures qui n'ont pas été entièrement détruites par les iconoclastes portent toutes les marques de leur passage : les détails des visages ont disparus, ce qui leur donne un aspect fantomatique et envoûtant.
Berne gouverne la région en bonne gestionnaire pendant plus de deux siècles en faisant bénéficier la région de la paix helvétique. A la fin du XVIIIe siècle, malgré une grande prospérité, les élites urbaines, sous l'influence des idées nouvelles propre à ce siècle, ne supporteront plus cet assujettissement.

Epoque Contemporaine

L'indépendance vaudoise se fait parallèlement à la chute de l'ancienne Confédération Helvétique (1798) et l'invasion française. Le canton de Vaud en tant que membre autonome de la Confédération, crée en 1803 par l'Acte de Médiation, consolide, de 1813 à 1845 les acquis de la Révolution. Les changements économiques et sociaux propre à cette période s'accélèrent dès le début du XXe siècle. Les années critiques de la crise économique et des deux guerres mondiales font place, dans les années 1950 à 1975, à une prospérité économique qui transforme la région. Les dernières années du siècle n'ont pas échappé à la crise économique mondiale, spécialement les années 1990.
A Lausanne, dès 1850, alors que l'économie est l'industrie sont en plein essor, l'espace bâti de la ville ne dépasse pratiquement pas les limites de la ville médiévale. Durant cette période, de grands travaux de génie civil modifient profondément son aspect, avec par exemple, la construction du Grand-Pont en 1844 ou l'arrivée du chemin de fer en 1856. Le nombre d'habitants explose et passe de 15'000 en 1850, à 65' 000 en 1910, pour atteindre le nombre de 120' 000 habitants en 1999. La vieille ville, ne suffit rapidement plus à héberger cette population. Dès 1870, on construit hors les murs, de manière majoritairement anarchique étant donné l'absence d'un cadre légal jusqu'en 1905. L'organisation de l'exposition nationale de 1965 permettra à Lausanne d'aménager ses rives, avec notamment la place d'Ouchy et le Bois de Vaux, place de pique-nique très populaire qui accueille de nombreuses infrastructures sportives et un des sièges du CIO.